• Les risques Psychologiques

    Passé les problèmes médicaux et physiques possibles, la chirurgie esthétique peut entraîner des impacts psychologiques tout aussi importants.

    En effet, une dépression postopératoire peut survenir chez le patient, et même aggraver son mal aise antérieur, que le résultat plaise ou non. 

    Tarifs internationaux

    La première raison peut être l’insatisfaction face à la partie modifié, avec un sentiment de «s’était mieux avant ». Il est entendu qu’une personne qui cherche a « restaurer » son corps (lifting, injections botox …) aura beaucoup plus de chance d’être satisfait car elle était en quête d’un corps identique, mais plus jeune ; tandis qu’une personne qui chercher a « créer » quelque chose (rhinoplastie…) pourra être déçue du changement de formes. Et lorsque que le client n’aime pas, ou n’arrive pas à s’habituer à sa modification physique, votre plasticien pourra retoucher la partie par une petite opération complémentaire. Si le résultat n’est toujours pas satisfaisant vous pouvez aller consulter un autre chirurgien qui vous proposera une intervention, à vos frais évidemment.

    Lorsque le résultat plait et que le malaise persiste, ou les symptômes d’une dépression apparaissent, il faut chercher la raison de ces troubles, en se concentrant principalement sur la cause et non plus seulement sur le résultat obtenu de ce changement physique.

    Nous nous intéressons donc aux gens en recherche du corps parfait ou du moins d’un corps qui leur plairait plus. Ce désir d’avoir une plastique toujours plus proche de la « perfection» est  surement dû à la société matérialiste, prônant l’image et le paraître dans laquelle nous vivons aujourd’hui. En effet, il y a dans notre société occidentale d’étroites liaisons entre la forme (l’apparence) et le fond (ce qu’on est vraiment) qui se confond, se mélange et s’unit au fil des années.

    C’est la théorie du corps-écran développé par le chirurgien plasticien Maurice Mimoun, qui s’intéresse particulièrement aux motivations et au passé de ses patients qui veulent changer leur corps.

    Ce diagnostic tient alors de la psychanalyse, et cherche à déceler des chocs, des particularités qui ont faits partis de la vie du patient, des désirs et idéaux qui, consciemment ou non peuvent être responsable de cette motivation à changer d’apparence.

    La psychothérapeute et spychiatre François Millet-Bartoli a aussi réalisé une étude sur les aspects psychologiques de la chirurgie esthétique dans un livre intitulé «la beauté sur mesure ». Elle parle des blessures, des vulnérabilités personnelles qui peuvent se cacher derrière un désir de changer d’apparence. Elle préconise également un diagnostic poussé des attentes et des antécédents du patient afin de s’assurer qu’il n’est pas concerné par un problème identitaire.

    Il y a donc des mécanismes psychologiques, qui influent et agissent sur le patient et qui peuvent être à l’origine d’une dépression postopératoire. Dans ce cas, la consultation chez un psychologue est de rigueur afin d’aider le patient.


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Jeudi 9 Juin 2016 à 14:53

    Pour qu'une chirurgie plastique soit réussie, le candidat qui désire avoir quelques modifications doit avoir un profil psychologique adéquat. 

    2
    HESITANTE
    Samedi 15 Juillet à 05:58

    "un  profil psychologique adéquat"!!!voilà une terminologie qui n'a aucun sens.Adéquat à quoi?

    Je peux être idiote ou lettrée,équilibrée ou instable,personne ne connaitra(sauf longue analyse préliminaire),mes motivations inconscientes.

    Personne ne pourra me dire d'avance si cegeste chirurgicalme ravira ou me décevra.L'inconscient joue de beaux tours et vous envoyez une formule en 2 coups de cuiller à pot.

    Mesdames,fiez vous à ce conseil:ayez un profil psychologique adéquat!Voilà  pourquoi votre fille est muette...

    F.C,docteur ès lettres,agrégée de l'Université  (ai je le profil adéquat?!)

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :